Le piratage du jour

17:38

Scott Rudin et Amy Pascal, par qui le scandale arrive !


Au pays de Sony, il y a des méchants et des gentils (mais surtout des méchants).





Tout a commencé fin novembre, où Sony a révélé avoir été piraté et des films pas encore sortis, ou très récents, ont été mis en ligne sur les sites de partage. Parmi eux : Fury, Annie, Mr Turner, Still Alice et To write love on her arms. Les soupçons se sont rapidement tournés vers la Corée du Nord puisque Sony a produit le film The Interview avec James Franco et Seth Rodgen qui raconte l'histoire de deux américains qui veulent assassiner Kim Jong Un. La Corée du Nord aurait moyennement apprécié l'humour de James Franco mais rien n'a été prouvé. Le groupe de pirates se fait appeler "Guardians of Peace" et a menacé de publier des centaines de documents confidentiels. Menaces mises à exécution régulièrement depuis deux semaines. Et depuis deux semaines, les pires histoires de Sony sont étalées au grand jour.

On apprend tout d'abord que Sony produit des films très médiocres et les employés n'en peuvent plus. Un document datant de 2012 révèle que personne ne veut plus jamais voir un seul mauvais film avec Adam Sandler.
There is a general "blah-ness" to the films we produce. Althought we manage to produce an innovative film once in awhile, Social Network, Moneyball, The Girl with the Dragon Tattoo, we continue to be saddled with the mundane, formulaic Adam Sandler films. Let's raise the bar a little on the films we produce, and inspire employees that they are working on the next Social Network. That said, there's a strange dichotomy of encouraging us to be fiscally responsible, but then upper management allows certain talent and filmmakers to bleed us dry with their outlandish requests for private jets, wardrobe and grooming stylists - and are surprised when they are asked to work more than 5 hours to promote their film.
Les films que nous produisons sont généralement très bof. Même si nous arrivons à produire des films innovants de temps en temps, Social Network, Moneyball, the Girl with the Dragon Tattoo, on reste coincé avec les films convenus et sans intérêt d'Adam Sandler. Mettons la barre un peu plus haut sur les films que nous produisons et motivons les employés qui doivent travailler sur le prochain Social Network. Ceci étant dit, il y a une étrange dichotomie, on nous encourage à être fiscalement responsables mais ensuite les supérieurs permettent à certains acteurs et réalisateurs de nous extorquer notre argent avec leurs demandes excentriques de jets privés, garde robe et coiffeurs, et ils sont surpris qu'on leur demande de travailler plus de cinq heures pour la promo de leur film.



BONNE AMBIANCE !


Le bureau des plaintes continue ensuite sur la franchise Spiderman que Sony a beaucoup de mal à exploiter correctement, alors que les franchises comme Harry Potter, Twilight ou Hunger Games sortent un film par an, ou tous les deux ans, les doigts dans le nez. Même Disney se fait beaucoup plus d'argent avec Spiderman que Sony Pictures. Enfin, plus personne ne veut voir de reboot et de suites, mais personne ne veut prendre de risque à créer quelque chose de neuf. L'innovation la plus folle reste l'adaptation de livres au succès déjà avéré, et donc avec un public garanti d'avance.


La deuxième grosse affaire de Sony est la production d'un biopic sur Steve Jobs. Un premier film a déjà été réalisé l'année dernière avec Ashton Kutcher mais Steve Jobs est un peu le Yves Saint Laurent des Américains, tout le monde veut son biopic (et puis Ashton Kutcher, ugh).
Le Jobs de Sony a connu beaucoup de rebondissements pour trouver un acteur principal et un réalisateur qui restent sur le projet.

David Fincher est d'abord pressenti pour réaliser le film. Mais Angelina Jolie veut également David Fincher pour réaliser un film sur Cléopatre où elle aurait le premier rôle. Mais elle n'arrête pas de repousser le projet pour tourner son propre film Unbroken. Cléopâtre allait tomber en même temps que Jobs. Résultat, Angie est furieuse, Cléopâtre n'a pas de scénario correct et plus de réalisateur puisque la prod veut Fincher pour Jobs. Amy Pascal, co PDG de Sony Pictures, et le producteur Scott Rudin ont échangé une série de mails incendiaires sur le sujet, anti Cléopâtre et pro Jobs. Il qualifient Angelina de sale gosse pourrie gâtée moyennement talentueuse avec un ego dévastateur pour qui ils n'ont pas de temps à perdre (bam !). Au final, David Fincher laisse tomber Jobs et Cléopâtre est définitivement tombé aux oubliettes.

Mais Jobs est toujours en course (malgré zéro réalisateur). Christian Bale est pressenti mais se retire, faute d'inspiration après ses recherches sur le sujet. Leonardo DiCaprio est approché avec un mail dégoulinant, lui promettant qu'il décrochera un oscar avec ce rôle (lol). Il refuse. Panique à bord, on envisage Bradley Cooper puis, au bord du gouffre, la prod se réunit pour voir Shame et toute la filmo de Fassbender. Ils admettent que "Shame just makes you feel bad to have normal sized male genitalia", mais accessoirement Fassy est un excellent acteur. Il est retenu mais Sony finit par perdre le film qui est récupéré par les studios Universal. Tout ça pour ça.

Quelque jours après la publication de ces mails, Angelina Jolie et Amy Pascal se sont croisées par hasard à une soirée. AWKWARD !




Dans une autre série de mails, Amy Pascal et Scott Rudin font des blagues douteuses sur Barack Obama en sous-entendant qu'il n'aime que les films sur les noirs comme 12 years a slave, the Butler ou Django Unchained. Amy Pascal est une important donatrice du parti démocrate. Hum hum...

On apprend aussi que Jennifer Lawrence et Amy Adams ont été moins payées que les acteurs masculins et le réalisateur du film American Hustle parce qu'elles sont des femmes. D'autres documents révèlent les discriminations en tout genre de l'entreprise.

Plus grave, toutes les informations confidentielles des employés, des acteurs et réalisateurs ont été rendues publiques : adresses, téléphones, numéros de sécu, mots de passe (rangés dans un dossier intitulé "password", de vraies lumières chez Sony), pseudos utilisés par les acteurs pour rester incognito (Jessica Alba se fait appeler Cash Money, seriously gurl !).

Amy Pascal est désormais la personne la plus détestée du milieu. Scott Rudin, qui n'avait pas une réputation très reluisante avant, ne s'en tire pas mieux. Sony Pictures est mal barré et les autres studios doivent s'empresser d'effacer leurs emails compromettants le plus vite possible.

A lire également :




You Might Also Like

5 commentaires

  1. AAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHA ! L'esprit Sony, une valeur sûre !

    RépondreSupprimer
  2. excellent article ! Un peu moins fun et people et un peu plus journalistique, mais précis et attractif ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Très bon article, documenté, clair, structuré et tout et tout. Good job girl !

    RépondreSupprimer
  4. Merci d'illuminer ma matinée ;)

    RépondreSupprimer
  5. Comment il était bien vu ton article! Maintenant, tout le monde en parle..!

    RépondreSupprimer

Vous êtes des chatons en laissant un commentaire, vous seriez encore plus chatons en mettant un pseudo. "Anonyme", c'est un peu ennuyeux. Soyez fous, par exemple "Cacahuètedu38" ou "Diplodocus92" ou "Zayn Malik" ;)